16/09/2015 Une énergie plus propre pour le CHU d'Angers

  • communiqué de presse,

Vous êtes ici : accueil le chu angers à la Une communiqués de presse communiqués année 2015

Publié le 28 décembre 2015 Mis à jour le 6 janvier 2016

Le CHU d’Angers et Dalkia inaugurent la chaufferie biomasse qui alimentera le CHU ainsi que la majorité des établissements de santé du plateau des Capucins, pour les 25 années à venir. Eau chaude, chauffage, système de froid… Cette nouvelle installation renforce la sécurisation des équipements nécessaires à l’activité hospitalière et diminue considérablement la consommation d’énergie.

Consommer moins et consommer mieux tout en assurant le meilleur confort à ses patients. Voici les objectifs fixés par le CHU d’Angers qui, pour la construction de sa nouvelle chaufferie, a choisi Dalkia. Au terme des 18 mois de travaux et après 1an de fonctionnement, l’établissement de santé a vu une importante partie de son pôle énergie renouvelée. En faisant le choix de la biomasse, le CHU et Dalkia ont pris un engagement de long terme en faveur de l’environnement.
L’établissement de santé a confié à Dalkia la conception, la construction et l’exploitation de ses installations de chauffage, de ventilation, de traitements d'eau, de production d'eau chaude sanitaire et de froid. Pour ce faire, une chaufferie biomasse à haut rendement, d’une puissance totale de 6,7 MW a été installée dans la zone logistique du CHU, sur le plateau des Capucins. L’inauguration de cet équipement imposant, mercredi 16 septembre, marque la réussite d’un grand programme d’investissement qui permet au CHU d’Angers de bénéficier d’une énergie plus propre et plus performante.
Cette chaufferie biomasse est composée de 2 chaudières à haut rendement limitant, sur la durée du contrat, la facture énergétique. En effet grâce à elle, 85 % de la production générale de chaleur est désormais émise par une source d’énergie renouvelable, en l’occurrence des plaquettes forestières issues des forêts du Maine-et-Loire et des départements voisins. Le nouvel équipement diminuera l’émission de CO² de 16 000 tonnes/an, ce qui contribue à la décarbonation du mix énergétique régional.