« The Move » : Nouveau programme d’apprentissage de la neurologie par le mime.

Vous êtes ici : accueil recherche et innovation santé A la une Actualités

La neurologie est une discipline médicale généralement considérée comme difficile par les étudiants et les jeunes médecins. Le terme de neurophobie a été introduit pour la première fois en 1994 correspondant à une peur de la discipline neurologique par les étudiants.

Depuis cette description de nombreuses publications ont identifié ce phénomène chez les étudiants et les jeunes médecins et ont décrit son impact potentiellement négatif sur les pratiques de soins et l’attrait pour cette discipline sur tous les continents.

Plusieurs stratégies ont été proposées pour améliorer l’enseignement de la neurologie en favorisant l’apprentissage en petits groupes par des sessions pratiques pour l’apprentissage de l’examen clinique. A titre d’exemple, un programme d’enseignement de la sémiologie neurologique « The Move » a été proposé par le Pr Flamand-Roze (université de Paris-Sorbonne) sous l’égide du collège des enseignants de neurologie. Ce programme, que nous venons de mettre en place dans notre université à Angers, utilise le mime, et s’appuie sur un apprentissage de mémorisation multimodale dans une atmosphère ludique et bienveillante.

Les étudiants ont une perception très positive de cet enseignement, qui a démontré sa capacité à améliorer la mémorisation à long terme des connaissances.

Il nous a donc paru intéressant de créer et valider un questionnaire permettant d’évaluer l’impact de cette innovation pédagogique sur la neurophobie chez des étudiants en médecine. Nous avons développé et validé une échelle de neurophobie (échelle NeuroQ) lors d’un travail collaboratif et nous avons montré que le programme « The Move » permettait de réduire la neurophobie chez les étudiants en médecine à un stade pré-clinique de leur cursus (2). De futures études multicentriques seront nécessaires pour examiner l'effet à long terme de cette stratégie éducative préclinique sur la neurophobie, grâce à un suivi longitudinal des étudiants.

Publié le 13 janvier 2022 Mis à jour le 13 janvier 2022